actualités  à propos  contact
fiche  dossier  presse

Enfin la fin

de Peter Turrini

Peter Turrini est né en 1944 en Autriche. Il a exercé plusieurs métiers avant d’écrire sa première pièce La Chasse aux rats en 1967. A côté de pièces en dialecte, il écrit des pièces inspirées de Goldoni et Beaumarchais, ainsi que des pièces à thèmes actuels, notamment Les Bourgeois ,Tango Viennois ou L’embrasement des Alpes . Peter Turrini, est connu pour ses films de télévision, dont Alpensaga, et Arbeitersaga. Son écriture engagée, multiple et ludique fait de lui un des grands dramaturges européens.

La suite d'une collaboration avec le Théâtre 2.21

Travailler au 2.21, c’est être entouré d’une équipe qui met toutes ses capacités à votre disposition et vous donne les moyens d’une liberté permettant la prise de risque. C’est dans ce cadre stimulant que nous vous donnons donc rendez-vous pour le joyeux suicide dont il est question ici.

Sans la collaboration, artistique, technique et financière du Théâtre 2.21, ce spectacle, n’aurait pas pu voir le jour.

Cette pièce, qui est une reprise, sera jouée du 20 avril au 2 mai 1999 à Lausanne. En effet, c’est à l’occasion de la manifestation Les Urbaines en décembre 1998, qu’Eric Gasser a donné une carte blanche à la Compagnie Nonante-trois pour cette création. Cette confiance à pour source l’expérience et les affinités nés lors de la création au 2.21 de LE GRAND THEATRE d‘après Jean Giono en avril 1998.

Thèmes du spectacle

Une dramaturgie absurde et terrible

Cette farce noire qui se termine d’un coup de feu est une charge violente contre la vacuité de notre société. Un homme applique un canon de revolver sur sa tempe et dit: “je vais compter jusqu’à mille et me tuer.” Pendant ce décompte ultime, il raconte sa vie et les circonstances qui le poussent à ce geste.

Cette alternance entre texte et décompte de chiffres créé à elle seule une tension dramatique drôle et insoutenable à la fois. Plus la fin annoncée approche, plus on se sent tour à tour voyeur, détaché, impuissant et incrédule devant cette “auto-mise en scène” du personnage. Nous sommes en fait dans la même situation que le téléspectateur regardant une tragédie aux informations: après l’indignation, notre impuissance se transforme en humour et détachement. Cela cache en fait la perte de nos repères.

Le journalisme et l’information, miroirs de notre société

Le personnage de ce monologue est un journaliste au faîte de sa gloire. Pas à pas, il a gravi tous les échelons, de pigiste à grand reporter, jusqu’à devenir conseiller politique. Il en garde un regard à la fois objectif et cynique, passant, au sujet des mêmes faits, d’une opinion à l’autre: “Mes convictions mouvantes, je les défendais avec passion: ce qui me valut la réputation de penseur indépendant.”

Sa profession et son accomplissement l’accablent: ayant tout réussi, il mesure mieux que les autres la vanité des rêves et des buts que propose notre société. Non croyant, omnibulé par l’absurdité de la vie, il ne peut que garder une distance, celle du rire. En refusant de s’engager émotionnellement dans la vie, son seul refuge est l’imagination. Imaginer le vie, cette habitude m’est restée jusqu’à ce jour.

La vacuité de la vie moderne

Le héros se met à sublimer sa vie, à la rendre “encore plus vraie”. Du coup, le spectateur se perd et ne sait plus comment il faut croire en ce personnage. Par exemple, méthodique, notre héros dénonce la société de consommation par le truchement des employés des pompes funèbres qui lui disent: “Au regard des emplacements disponibles, il y a tout bonnement trop de cadavres. C’est comme les réfrigérateurs. Le problème de nos jours n’est pas de les fabriquer ni de les vendre, mais de les éliminer.”

Que ces paroles soient une invention ou pas quelle importance! Le monde, décrit de cette façon, n’est que trop absurde et crédible à la fois. Que faire d’une vérité pareille? Avec son regard professionnel et une désinvolture suicidaire, le personnage s’en prend à tout: la mort, l’amour, les médias, la société, l’administration, la psychanalyse etc... A travers tous ces thèmes, il pose en filigrane, avec humour, la question essentielle du sens de la vie et de sa vacuité.

Le suicide

En fin de compte, ce monde de trépidations, d’information, de vanité devient pour le protagoniste un brouhaha insupportable et vain, dont le seul remède ne peut être qu’un silence absolu. Pour lui, être coupé complètement du monde et de soi-même revient à ce suicider.
“ Toutes les théories concernant le suicide sont fausses, il s’agit de l’avènement du silence.”

Un humour décapant

Si les thèmes qu’il aborde sont d’un noir absolu, Peter Turrini fait preuve d’un style et d’une légèreté remarquables. Grâce à un humour d’une rare perversité, il réussit en quelques lignes à nous faire rire des pires abominations pour ensuite nous écraser d’un sarcasme plus dévastateur encore. Le spectateur en reste interloqué, ne sachant s’il faut rire, pleurer ou les deux à la fois.

Cette drôlerie redoutable est une métaphore de la perte de repères moraux de notre société: peut-on tout représenter, peut-on rire de tout, et si oui, jusqu’à quel point? Même jusqu’à un suicide, soit-il théâtral?

Mise en scène

Un travail d’acteur

Ce monologue d’un peu moins d’une heure est interprété par Romain Lagarde, toujours prêt à se tuer au travail. Cette mise en scène est basée essentiellement sur un travail d’acteur. Continuant notre collaboration (c’est notre quatrième spectacle ensemble), notre volonté est avant tout de donner à entendre ce texte, avec la plus grande rigueur et dans un esprit ludique.

La position du spectateur

Il y a une grande ambiguité dans le début de la pièce. Ou est le spectacteur? A t-il été convié par un metteur en scène dans un “vrai” théatre pour voir une pièce? C’est a dire qu’il se trouve, avec le quatrième mur, dans une position de peep-show? Ou bien le metteur en scène est-il le personnage lui-même, qui a convié le public pour une ultime fois jouer la comédie de sa (la) représentation humaine? J’ai opté pour la deuxième solution qui permet une adresse directe au spectateur, de l’impliquer plus. Ainsi, paradoxalement, la position de voyeurisme du public se trouve renforcée.

Un vrai-faux décor

Le personnage évolue dans un décor simple indiqué par l’auteur: une chaise, des tentures noires, un plafonnier et des sacs poubelle remplis d’articles, de livres et de souvenirs.

Donc, pour donner l’impression que l’on est dans un lieu qui appartienne vraiment au personnage, il m’a semblé intéressant de ne pas jouer dans la salle du théâtre 2.21 et de déplacer le public dans l’atelier du théâtre. Le personnage convie donc directement le public “à son domicile” et se met en scène devant lui.

Ce “vérisme” n’a pas pour but je ne sais quel réalisme d’un suicide qui serait insupportable pour un auditoire. Il s’agit plutôt de jouer avec le public, comme le fait le texte, afin qu’il ne sache jamais quel est le niveau de jeu et de vérité qui lui est proposé. Il faut faire en sorte que ce suicide annoncé soit quand même une surprise.

La musique de Marco Trosi

Le seul compagnon scénique de Romain Lagarde est Marco Trosi. Sa musique et ses bruitages, actionnés à vue par le comédien sur un appareil, ont pour but de créer un environnement sonore souvent en contrepoint, qui accentue l’humour et le drame.

Conclusion

Cette mise en scène minimale a pour objet de laisser l’acteur donner sa pleine mesure et de faire parvenir le plus simplement possible le texte au spectateur. L’adresse directe au spectateur et a simplicité du dispositif brisant tout réalisme, l’absurdité et la tragique de la situation proposée seront mis en avant.

Que le public prenne plaisir à ce suicide, voilà l’objectif!