actualités  à propos  contact
fiche  dossier  texte  presse 

Un plat de résistance

Une comédie gourmande co-écrite par Benjamin Knobil et Romain Lagarde


Menu

spectacle et saveurs

« On ne vit pas de ce que l’on mange mais de ce que l’on digère »
Alexandre Dumas cité par joseph Cormalin

De tout temps le partage d’un repas, en famille ou entre amis a offert à l’homme un de ses plus grands plaisirs. La table réunit!

Et aujourd’hui, dans ce monde si pressé, il nous semblait important de faire partager, à notre manière, autour d’un spectacle suivi d’un repas notre passion pour le « bien manger ».

Pour cela nous avons créé ce personnage méridional haut en couleurs : Joseph Cormalin, le chef le plus « toqué » de France.

Dans son restaurant « la caresse gourmande », « la permanence des saveurs et des cultures du monde » dit-il, Joseph Cormalin à la fois touchant et burlesque nous livre sa passion et son combat pour la beauté. Goûter, créer, c’est aussi pouvoir rêver en toute liberté ; la bêtise, la barbarie et la « mal bouffe » ne sont pas des fatalités.

« Tu entends le tintement des cuillères, c’est mon univers qui s’invite à leurs bouches, comme un baiser, ça les transforme, ça les fait rêver, et ça... c’est mon travail ! »
joseph Cormalin

En donnant envie au publique de se mettre à table nous avons l’ambition de l’inviter au voyage pour arrêter, l’espace d’une soirée, le temps qui court.

Tension dramatique et saveurs raffinées tel est le menu que nous vous proposons.

Toque ! Tablier! Torchon !

MUSIQUE…

… Nous sommes à une époque indéterminée, Joseph Cormalin, le chef le plus toqué de France, a fermé depuis quatre ans son restaurant « La Caresse Gourmande ». Vivant seul, il s’entretient dans des conversations gourmandes avec ses vins, ses produits, ses casseroles, mais surtout avec le portrait de sa femme qu’il adore et rudoie. Mais voilà que le dictateur qui occupe cette contrée, un « boucher » de renommée internationale, réquisitionne son restaurant pour un repas aussi discret que gastronomique. la résistance intime l’ordre à notre chef d’empoisonner le tyran avec du cyanure. Ne pouvant se résoudre à assassiner sa cuisine joseph se persuade que seules l’émotion et la beauté de son art pourront transformer le boucher en agneau. joseph Cormalin pris entre le hachoir et le billot, prépare son ultime œuvre culinaire. son plat de résistance !

« Oh, c’est bon, ça fond dans la bouche dis ! C’est merveilleux. ….Je t’aime Fine, je t’aime tu sais…..»

NOIR.

La Caresse Gourmande

Le décor est une petite cuisine . Cette cuisine sera nue, sans casserole , sans ingrédient ou autres choses. C’est le comédien par son jeu qui leur donnera vie au fur et à mesure de l’action. Dans la deuxième partie de la pièce, notre chef vient présenter ses plats dans la salle de restaurant où le public est attablé puis au dictateur.

« ....le regard est important tu sais ! Il est tout aussi important que les saveurs, … il prépare ! »

En soutenant de manière sonore toutes les actions de notre chef et grâce à une mise en scène très visuelle, nous avons l’ambition d’ouvrir en grand l’imaginaire et l’appétit du spectateur. Aussi il s’agit d’allier l’utile à l’agréable. Notre volonté est de parler d’un monde à partager dans la convivialité, et de refuser les nivellements et l’extrémisme.

Une fable mijotée du plateau à l’assiette pour un public transformé pour un soir en convive de « La Caresse Gourmande ».

Saveurs Raffinées

Il nous a paru criminel de donner l’eau à la bouche pendant 1h15 sans donner une suite qui permette d’assouvir sa gourmandise. C’est pourquoi une fois la représentation terminée, la fête doit continuer. Pour ce faire, dans chaque lieu, en collaboration avec des artisans locaux, passionnés, dont nous aurons le plaisir de présenter les produits, nous proposons une dégustation de qualité préparée soit par l’acteur lui-même soit par un authentique chef invité pour l’occasion.

«… ce soir je veux que toute la salle ne soit plus q’une humanité en jouissance... »

Nous invitons à la fin de la représentation le public à se rendre dans le hall où une mise en bouche apéritive leur est offerte. Une fois la salle prête la dégustation peut alors commencer. Nous servirons chaque soir une entrée, un plat, du fromage fermier, des chocolats fins et un café. Chaque plat sera accompagné de son verre de vin.

Afin de garantir la qualité de cette soirée nous essayons dans la mesure du possible de limiter le nombre de places à 60 personnes.


Pour donner l’eau à la bouche

Pétales de céleri rave à l’huile de truffe d’alba

Crème de potimarron aux noisettes grillées et son jus de truffe

Foie gras mi-cuit de M. Jean-François Maire chef du Valentin à Besançon
Méli-mélo de jeunes pousses et sa vinaigrette à l’orange

Fromages de M. Duttweiler fromager à Lausanne

Café pur arabica et les chocolats fins de M. Blondel maître chocolatier

Le tout accompagné des vins de M. Gilles Wannaz récoltant à La Tour de Chenaux

Un des menus servi au théâtre 221 à Lausanne

 

L’addition

3 REPRESENTATIONS : 2000 EUROS

Pour 60 personnes à 15 euros bénéfices pour la salle 700 euros

REPAS : ENVIRON 500 EUROS /SOIR

Pour 60 personnes à 12 / 13 euros le repas bénéfices pour la salle par soir 120 /200 euros par soir

« oui c’est cher ici ! Mais ce qui est bon est cher et ce qui est chair se mange ! »
Joseph Cormalin